Arabie Saoudite : Sadara le plus grand complexe chimique au monde

Situé proche du désert d’Arabie, Sadara est le plus grand site chimique au monde. Avec à sa tête le géant saoudien Saudi Aramco, Sadara travaille conjointement avec le mastodonte américain Dow Chemicals ainsi que d’autres grands groupes internationaux présents sur ce complexe chimique. Sadara est à l’image de cette diversification économique mis en place par le gouvernement du Royaume.

Sadara : devancer l’après pétrole

Sadara
Complexe chimique
Arabie Saoudite

Ce sont pas moins de 26 unités de production, un budget colossal de 20 milliards de dollars et une technologie de pointe. Sadara est une des réponses du gouvernement saoudien pour diversifier son économie et ainsi permettre d’anticiper l’après pétrole. C’est dans cette mouvance souhaitée par le pays et son plan Vision 2030 que de tels projets prennent naissances.
Sadara possède une capacité de production phénoménale avec 3 millions de tonnes par an. Situé à l’est du désert d’Arabie, ce complexe accueille des partenaires étrangers tels que Total, Veolia, Solvay etc… De grands groupes qui viennent investir mais également apporter tout un savoir-faire. Sur une superficie de 600 hectares 4200 employés travaillent quotidiennement à faire de ce lieu le mastodonte qu’il est aujourd’hui.

Sadara : des partenaires du monde entier

Avec une présence déjà importante Dow Chemicals souhaite encore plus s’impliquer dans ce complexe chimique. D’autres grandes entreprises comme les françaises Total et Veolia sont implantées sur le site de même que la société belge Solvay. Complémentaires ces entreprises apportent à Sadara de nouveaux projets dans un secteur en pleine évolution technologique.

Arabie Saoudite : le plan Vision 2030

Sadara fait partie intégrante de ce plan qui vise à diversifier l’économie du pays. L’objectif est de privilégier des secteurs de pointe dans différents domaines afin d’apporter une multiplicité des ressources. Ce plan c’est tout simplement préparer l’Arabie Saoudite à entrer dans une nouvelle ère, celle de l’après pétrole. L’ouverture du pays et sa démarche de modernisation sont également sur la feuille de route du plan Vision 2030.